Les propositions des Républicains et l’Avenir en commun

Un outil de « Nous Sommes pour ! » qui vous permet de comparer les programmes de 2022 avec l‘Avenir en Commun

Les propositions des Républicains étudiées ci-dessous sont issues de la rubrique « Nos propositions » du site internet du parti, mise à jour régulièrement et actualisée pour la dernière fois il y a quelques semaines

Convergences avec l'AEC

  • Supprimer la hausse de CSG pour tous les retraités et réindexer toutes les pensions
  • Garantir les pensions de réversion des veuves et des veufs
  • Zéro fermeture de classe d’école, de bureau de poste, de petite ligne ferroviaire dans les territoires ruraux
  • Refuser les accords de libre-échange

Points de l'AEC n'apparaissant pas

  • La 6e république
  • Les droits nouveaux
  • Les médias
  • La citoyenneté dans l’entreprise
  • Les Outre-mer
  • La planification écologique
  • La consommation et le zéro déchet
  • L’écosystème et la biodiversité
  • L’ONU
  • L’indépendance de la France
  • Le droit international
  • Les nouvelles coopérations
  • La Défense et la paix
  • La francophonie
  • La santé
  • La vieillesse
  • La culture
  • Les drogues et addictions
  • L’illettrisme
  • Le handicap
  • La mer
  • L’espace

Désaccords ou nuances avec l'AEC

  • Mise en place de peines planchers (alors que l’Avenir en commun privilégie les mesures alternatives à l’emprisonnement pour favoriser la réinsertion)
  • Baisser le nombre de logements sociaux et restreindre les conditions d’accès. (l’Avenir en commun propose de produire un million de logements réellement sociaux au rythme de 200 000 logements publics par an répondant aux critères écologiques)
  • Simplifier drastiquement le Code du travail et garantir qu’aucune nouvelle norme nationale ne soit plus contraignante que les normes européennes (l’Avenir en commun s’oppose aux “simplifications” récentes du code du travail en fait synonymes d’affaiblissement des droits des travailleurs)
  •  Zéro augmentation de prélèvement sur les ménages et les entreprises français (l’Avenir en commun défend l’augmentation des impôts des plus riches et des grosses entreprises et la baisse pour les autres)
  • Généralisation du recours aux tests radiologiques osseux (les parlementaires insoumis ont proposé leurs suppression car ils sont peu fiables) 

Chapitre 1 : Face à la crise démocratique, convoquer l’Assemblée constituante de la 6e République

Les constats et objectifs en la matière sont différents : les propositions des républicains font l’impasse sur la nécessité de changer les institutions pour donner le pouvoir au peuple. En matière de sécurité, justice et antiterrorisme, leurs propositions s’inscrivent dans la continuité des politiques inefficaces et répressives de ces dernières décennies. Plusieurs enjeux sont absents : le passage à une 6e république donnant le pouvoir au peuple, mais aussi les droits nouveaux, les médias, la citoyenneté dans l’entreprise et les Outre-mer.

République universelle et citoyenneté

  • Durcir les conditions d’accès à la nationalité en conditionnant le droit du sol à une manifestation de volonté et au respect des lois et du « mode de vie » français (là où, fidèle à l’idéal de la République, l’Avenir en commun veut créer les conditions pour que toutes et tous contribuent le plus facilement et le plus largement à la société en facilitant l’accès à la nationalité française)
  • Expulser systématiquement les étrangers fichés pour radicalisation et les étrangers condamnés à au moins un an de prison en coupant l’aide au développement et en restreignant l’accès aux Visas des pays d’origine qui refuseraient de récupérer leurs ressortissants (alors que l’Avenir en commun propose d’appliquer fermement l’égalité devant la loi, le droit à un recours effectif et l’impératif d’accès au juge)

Justice

  • Recrutement de 9000 greffiers pour atteindre la moyenne européenne de 20 000 greffiers (L’Avenir en commun propose le recrutement de personnels pour désengorger les tribunaux)
  • Mise en place de peines planchers (alors que l’Avenir en commun privilégie les mesures alternatives à l’emprisonnement pour favoriser la réinsertion)
  • Construction de 20 000 places de prisons (là où l’Avenir en commun souhaite rénover les prisons existantes et mettre fin à la logique du tout carcéral)

Sécurité et antiterrorisme

  • Rénover les commissariats et bâtiments de police
  • Inscrire dans la Constitution un « état de nécessité antiterroriste » (l’Avenir en commun est opposé à l’état d’urgence permanent et souhaite faire respecter les principes de l’État de droit)

Service citoyen

  • Développer des outils incitatifs à l’engagement, dans les parcours universitaires et professionnels (l’Avenir en commun propose un service citoyen d’une durée de 9 mois)

Chapitre 2 : Face au chômage et à l’urgence sociale, partager les richesses, mettre au pas la finance

La différence de logique entre les deux programmes s’observe aisément grâce au vocabulaire utilisé : Les Républicains évoquent l’assistanat et les charges quand l’Avenir en commun parle de protection sociale et de cotisations. La priorité est ainsi faite à la réduction des impôts et des dépenses publiques quand l’Avenir en commun privilégie l’emploi et la lutte pour une vie digne pour tous. Les mesures qui en découlent sont à l’opposé de celles de l’Avenir en commun : hausse du temps de travail, âge de départ à la retraite repoussé, précarisation des conditions de travail, etc.

Fraude fiscale

  • Les fraudeurs fiscaux seront interdits de crédits d’impôt sur le revenu pendant cinq ans (les parlementaires insoumis ont proposé cette interdiction à vie)
  • De multiples propositions relatives à la fraude sociale, ciblant particulièrement les étrangers (Son coût étant dérisoire par rapport à celui de la fraude fiscale, l’Avenir en commun multiplie les propositions concernant cette dernière)

Protection sociale

  • Création d’une aide sociale unique plafonnée à 75% du SMIC (l’Avenir en commun part du principe que chaque situation est différente et ne propose donc pas ce type de plafond arbitraire)
  • Sanctions contre ceux qui abusent de l’assurance chômage en refusant de chercher un emploi (pour l’Avenir en commun, le chômage peut être résorbé grâce à la planification et la baisse du temps de travail et non par la guerre aux chômeurs)
  • Conditionner le versement du RSA à au moins 10 heures hebdomadaires d’activité d’intérêt général (l’Avenir en commun refuse les contreparties pour l’attribution du RSA mais propose que l’Etat garantisse un emploi à chaque chômeur volontaire)

Fonction publique

  • Supprimer la surrémunération des temps partiels dans le public (les temps partiels concernent les précaires et les femmes en majorité, l’Avenir en commun ne souhaite pas les rendre encore plus précaires)
  • Instaurer trois jours de carence dans le public comme pour les salariés du privé (l’Avenir en commun refuse les jours de carence dans la fonction publique comme dans le privé, la crise sanitaire prouve la dangerosité de cette mesure)

Retraites

  • Supprimer la hausse de CSG pour tous les retraités et réindexer toutes les pensions
  • Garantir les pensions de réversion des veuves et des veufs
  • Départ à la retraite à 65 ans (l’Avenir en commun propose le départ à 60 ans à taux plein pour une carrière complète)
  • Suppression des régimes spéciaux déficitaires et rapprochement des retraites publiques des retraites privées (Pointer du doigt les régimes spéciaux est une diversion, ils représentent moins de 3% de la population active)

Logement

  • Baisser le nombre de logements sociaux et restreindre les conditions d’accès. (l’Avenir en commun propose de produire un million de logements réellement sociaux au rythme de 200 000 logements publics par an répondant aux critères écologiques, en augmentant notamment le mécanisme d’« aide à la pierre »)
  • Favoriser l’accès à la propriété des locataires de HLM (l’Avenir en commun privilégie l’accès à un logement digne pour toutes et tous plutôt que l’incitation à la propriété à tout prix, génératrice de surendettement)

Fiscalité

  • Exiger le remboursement des aides publiques aux entreprises qui délocalisent
  • Elargir le crédit d’impôt recherche (l’Avenir en commun propose sa suppression pour réinvestir l’argent dans la recherche publique)
  • Exonérer entièrement de droits de succession la transmission d’une entreprise familiale (l’Avenir en commun propose de renforcer la fiscalité sur les successions importantes)
  • Zéro augmentation de prélèvement sur les ménages et les entreprises français (l’Avenir en commun défend l’augmentation des impôts des plus riches et des grosses entreprises et la baisse pour les autres)
  • Diviser par 2 la CSG sur les revenus du travail (l’Avenir en commun propose qu’elle soit progressive)

Code du travail

  • Simplifier drastiquement le Code du travail et garantir qu’aucune nouvelle norme nationale ne soit plus contraignante que les normes européennes (l’Avenir en commun s’oppose aux “simplifications” récentes du code du travail en fait synonymes d’affaiblissement des droits des travailleurs)

Cotisations sociales

  • Baisser de 25 milliards d’euros les charges patronales pesant sur l’ensemble des salaires (l’Avenir en commun ne parle pas de “charges” mais de cotisations et vise au contraire à revenir sur les allégements récents qui ont affaibli le financement de la sécurité sociale sans aucun effet bénéfique sur l’emploi)

Fabriquer en France

  • Instaurer la priorité locale dans la commande publique

Entreprises

  • Renforcer le contrôle des investissements étrangers dans nos secteurs stratégiques 

Politique familiale

  • Rétablir les allocations familiales pour tous (Cette mesure bénéficierait uniquement aux familles aisées)
  • Relever le plafond du quotient familial à 3 000 € (l’Avenir en commun propose de le supprimer et le remplacer par un crédit d’impôt par enfant dont le montant sera le même pour tous)

Chapitre 3 : Face à la crise climatique, la planification écologique

Certains points de convergence apparaissent, tout comme d’importants désaccords. Le programme des Républicains en matière de bifurcation écologique ne semble pas découler d’un plan d’ensemble de réorientation des activités, ce qu’il l’amène à proposer des mesures en faveur de la bifurcation écologique dans certains domaines (comme le fret ferroviaire) ou qui vont à l’encontre des changements dont le pays a besoin dans d’autres (moratoire sur l’éolien terrestre, statu quo en matière agricole) Plusieurs enjeux sont absents : l’idée de planification écologique, la consommation et le zéro déchet, l’écosystème et la biodiversité.

Énergie

  • Refuser la fermeture des centrales nucléaires prévue par le gouvernement (L’Avenir en commun propose de planifier la sortie du nucléaire)
  • Prolonger la durée de vie des réacteurs jusqu’à 60 ans et engager la construction de six EPR de nouvelle génération (L’Avenir en commun propose de planifier la sortie du nucléaire)
  • Appliquer un moratoire sur l’éolien terrestre (l’Avenir en commun voit l’éolien comme une des sources d’énergie renouvelable à développer dans le cadre de la planification de la bifurcation écologique)

Bâtiment

  • Rénover à l’horizon 2040 les passoires énergétiques ; Imposer un devis systématique des bâtiments à rénover pour évaluer l’aide publique nécessaire
  • Fixer l’objectif de zéro gâchis d’énergie dans les bâtiments du secteur tertiaire 

Transports

  • Doubler la part du fret ferroviaire en France
  • Augmenter la part des biocarburants dans le transport routier et développer une véritable filière française de production et distribution de biocarburants pour le transport aérien (l’Avenir en commun est vigilant à ce que les agrocarburants ne prennent pas le dessus sur le rôle premier de l’agriculture : nourrir les individus)
  • Développer l’hydrogène en réorientant les subventions dédiées à l’éolien  (l’Avenir en commun voit l’éolien et l’hydrogène comme des sources d’énergie renouvelable à développer dans le cadre de la planification de la bifurcation écologique)

Agriculture et alimentation

  • Instaurer la préférence locale dans la restauration collective des établissements scolaires, des administrations et des hôpitaux
  • Maintenir le budget des aides européennes aux agriculteurs (l’Avenir en commun propose une réorientation de ces aides)
  • Garantir qu’aucune norme nationale ne puisse être plus contraignante qu’une norme européenne (l’Avenir en commun défend l’harmonisation européenne par le haut en matière écologique et sociale)

Organisation et aménagement du territoire

  • Donner davantage de moyens et de souplesse aux maires
  • Zéro fermeture de classe d’école, de bureau de poste, de petite ligne ferroviaire dans les territoires ruraux
  • Assurer un juste accès de tous les habitants à des soins de qualité, à moins de 45 minutes de leur lieu de vie
  • Lier l’offre d’apprentissage aux besoins des bassins d’emploi
  • Relocalisation productive et industrielle
  • Fusionner les conseils régionaux et départementaux (l’Avenir en commun défend une réorganisation des collectivités locales au profit du triptyque Etat-Département-Commune)

Chapitre 4 : Sortir des traités européens

La question des traités européens n’est pas abordée en tant que telle. Plusieurs propositions relatives aux enjeux européens sont présentées. Si elles convergent avec l’Avenir en commun, elles interrogent, soit par leur manque de précision, soit car elles vont à l’encontre des votes de la droite au Parlement européen. 

Protectionnisme

  • Refuser les accords de libre-échange contraires à nos intérêts comme le CETA ou le MERCOSUR (cependant, leur groupe parlementaire a toujours voté en faveur de ces accords)
  • Instaurer une taxe carbone aux frontières de l’Union européenne (Cependant le groupe de LR au niveau européen défend une position d’une extension du marché carbone, le maintien de droits à polluer octroyés gratuitement aux entreprises polluantes et des rabais sur les exportations, à l’encontre des propositions de l’Avenir en commun)

Concessions hydroélectriques

  • Déclarer les barrages hydrauliques français patrimoine national et s’opposer à leur mise en concurrence

Chapitre 5 : Face à la guerre, instaurer l’indépendance de la France au service de la paix

Le sujet des migrations est largement traité. Les causes des migrations sont vues dans les propositions LR comme réductibles aux prestations sociales en France, quant l’Avenir en commun met en avant la pauvreté et les conflits, absents de l’analyse ici. Les propositions sont en désaccord avec l’accueil digne prôné par l’AEC. Parmi les enjeux absents : ONU, indépendance de la France, droit international, nouvelles coopérations, défense et francophonie.

Migrations

  • Généralisation du recours aux tests radiologiques osseux (les parlementaires insoumis ont proposé leurs suppression car ils sont peu fiables)
  • Inscrire dans la Constitution le principe d’un plafond d’immigration que fixera tous les ans le Parlement (l’Avenir en commun défend l’idée d’assumer notre devoir d’humanité envers les réfugiés)
  • Ne prendre en charge que les soins d’urgence des immigrés illégaux (l’Avenir en commun défend l’idée d’assumer notre devoir d’humanité envers les réfugiés) 

Chapitre 6 : Face à la grande régression, choisir l’objectif du progrès humain

Seules les propositions relatives à l’éducation sont actuellement traitées et témoignent d’une vision élitiste de l’éducation dont la vocation première serait de servir les intérêts économiques. Les autres thématiques du chapitre 6 (santé, vieillesse, culture, drogues et addictions, illettrisme, handicap…) ne sont pas abordées. 

Education

  • Développement massif de l’apprentissage
  • Intégration des entreprises dans les instances de gouvernance des établissements scolaires
  • Suspension des allocations familiales de tout le ménage en cas de comportements nuisibles d’un élève
  • Quadrupler le nombre d’internats d’excellence

Chapitre 7 : Face au déclinisme, porter la France aux frontières de l'Humanité

Le numérique est uniquement vu comme un moyen de faire des économies dans les administrations. Cet aspect n’est pas abordé autrement dans le document. Les autres dimensions (Mer, Espace) ne sont pas abordées dans le document.

Un outil de « Nous Sommes pour ! » qui vous permet de comparer les programmes de 2022 avec l‘Avenir en Commun